Épinard 🌳 #16 - TĂȘte Ă  tĂȘte avec un gĂ©rant de fonds Greenfin

Épinard 🌳 #16 - TĂȘte Ă  tĂȘte avec un gĂ©rant de fonds Greenfin

Fonds Greenfin - Analyse ESG - Finance verte

29 janv. 23

Ce que vous allez apprendre aujourd’hui :

  • đŸ‘šâ€đŸ«La mĂ©thode d’un gĂ©rant pour construire son fonds Greenfin
  • đŸ€”Pourquoi on retrouve des entreprises “bizarres” dans les fonds labellisĂ©s
  • ☣ Comment on gĂšre les controverses dans un fonds

Si quelqu’un vous a transfĂ©rĂ© cette Ă©dition et que vous souhaitez recevoir les prochaines :


Hello les Épinards !

Aujourd’hui on va parler fonds d’investissement vert.

Mais avec une approche un peu diffĂ©rente, puisqu’il s’agit d’une interview !

Les abonnĂ©s de longue date savent que je suis trĂšs critique des fonds (mĂȘme labellisĂ©s) parce qu’on y retrouve souvent des entreprises qui, selon moi, n’ont rien Ă  faire là


Il y a quelques semaines, j’ai eu l’opportunitĂ© d’échanger avec Laurent, le gĂ©rant d’un fonds d’investissement labellisĂ© ISR, Greenfin et classĂ© “Article 9” selon la rĂ©glementation SFDR.
Le full package quoi ! 😅

Du coup, j’en ai profitĂ© pour lui poser quelques questions.
En l’écoutant, je me suis dit que ça vous intĂ©resserait et il a acceptĂ© de partager ses rĂ©ponses.

PrĂȘt pour un tour de l’autre cĂŽtĂ© du dĂ©cor ?

Si vous connaissez quelqu’un qui serait intĂ©ressĂ©, faites-lui suivre ce mail :


[SPONSOR] Je suis super fier de vous présenter le sponsor de cette édition : Enerfip.

À titre personnel, j’ai dĂ©jĂ  investi dans une dizaine de projets avec cette plateforme de crowdfunding spĂ©cialisĂ©e dans les projets d’énergies renouvelables.

Avec ses 40 000 investisseurs, Enerfip a collectĂ© plus de 300 millions d’euros depuis 2015, ce qui fait d'elle le leader europĂ©en du secteur.

Rien qu’en 2022, c’est :

  • 61 projets financĂ©s
  • 140+ millions d’euros collectĂ©s

Pour des projets allant de centrales photovoltaĂŻques flottantes, aux unitĂ©s de mĂ©thanisation en passant par du financement de producteur d’électricitĂ© renouvelable, tous les types de projets liĂ©s aux Ă©nergies renouvelables sont couverts.

Mais un problùme du financement participatif, c’est :

  • des durĂ©es d’investissement qui peuvent ĂȘtre longues (3 Ă  4 ans)
  • un manque de liquiditĂ© : difficile de revendre ses obligations ou actions

Parce que dans la vie d’un investisseur, les projets Ă©voluent vite !
Et cette somme dont on ne pensait pas avoir besoin pendant quelques annĂ©es, et bien finalement on la rĂ©cupĂ©rerait bien ! 🙄

Enerfip le sait ! Pour y répondre, ils ont créé Enerdeal.

Alors, Enerdeal, c’est quoi ? La premiùre plateforme de revente de titres entre investisseurs.

Pour les vendeurs, une fois la collecte du projet terminĂ©e, vous pouvez revendre vos titres Ă  tout moment sur Enerdeal. Le plus : c’est vous qui fixez votre prix de vente.

Pour les acheteurs, si vous avez ratĂ© un projet qui vous tenait Ă  cƓur, faites un tour sur Enerdeal, peut-ĂȘtre qu’un autre investisseur souhaite revendre ses titres.
Le plus : Enerfip vous prĂ©cise le prix initial lors de la collecte et le rendement annuel jusqu’à la fin du projet. #Transparence

🎁 Si ça vous parle, vous pouvez crĂ©er votre compte dĂšs aujourd’hui. En plus, Enerfip vous fait bĂ©nĂ©ficier de 30€ offerts une fois votre inscription validĂ©e. 🎁

Pour en bĂ©nĂ©ficier, cliquez sur le lien ci-dessous 👇

PS : un nouvel investissement dans un portefeuille de 10 projets solaires sera ouvert Ă  la collecte ce jeudi 02/02. Stay tuned !

Investir présente un risque de perte en capital et de liquidité.
N'investissez que l'argent dont vous n'avez pas besoin immĂ©diatement et diversifiez votre Ă©pargne. 😉


Ask Me Anything

Posez-moi toutes vos questions via le formulaire ci-dessous 👇

Les questions/réponses du mois

Est-ce que tu connais des plateformes pour faire de la compensation carbone directe par le biais d’investissement dans des projets ? Ou connais-tu des plateformes d’investissement Ă  impact qui recensent des projets qui rĂ©pondent aux certifications de compensation et communiquent sur le nombre de tonnes Ă©vitĂ©es / compensĂ©es ?

Merci d’avance pour ta rĂ©ponse !

Maud

Hello Maud,

À ma connaissance aucune plateforme de financement participatif ne rĂ©alise d’analyse quantitative de l’impact des projets financĂ©s.
N’étant pas expert du sujet et n’ayant jamais passĂ© Ă  l’action, mes infos ne sont sĂ»rement pas exhaustives, mais voici quelques pistes qui me semblent intĂ©ressantes ci-dessous.

Il existe quelques plateformes qui proposent des projets de compensation certifiés.

Au niveau mondial, les certifications les plus rĂ©putĂ©es semblent ĂȘtre celles de Gold Standard et de Verra (Verified Carbon Standard). En France, nous avons le label bas-carbone. Pour participer aux projets plusieurs solutions :

  • Il est possible de contacter directement les porteurs de projets pour les aider Ă  financer leurs projets, via ce site.

Sinon, je connais deux autres plateformes qui agrÚgent des projets labellisés bas-carbone :

Gold Standard propose directement sur son site une marketplace de compensation carbone.

En revanche, une enquĂȘte rĂ©cente du Guardian remet en cause les mĂ©thodes de calcul de nombreux projets de prĂ©servation des forĂȘts tropicales. Prudence donc sur ce genre de projets.

Mes connaissances sur le sujet s’arrĂȘtent lĂ .😅
Et bien sĂ»r, il est beaucoup plus important d’essayer de rĂ©duire ses Ă©missions. Compensons uniquement ce qui ne peut pas l’ĂȘtre.😉


â„č
Pour rappel, les fonds dit “Article 9” doivent prĂ©senter un objectif d’investissement durable, contribuant Ă  un objectif environnemental ou social, sans causer de prĂ©judice significatif Ă  d'autres objectifs environnementaux ou sociaux.
Il s’agit de la classification la plus “verte” de la rĂ©glementation europĂ©enne (=rĂ©glementation SFDR)

[Gaël] La mise en forme (gras, surlignage etc) de l'entretien est de moi.

TĂȘte Ă  tĂȘte avec Laurent TrulĂšs

[GaĂ«l] Bonjour Laurent, merci d’avoir acceptĂ© de rĂ©pondre Ă  mes questions pour les lecteurs d’Épinard🌳. Est-ce que vous pouvez vous prĂ©senter ? Votre parcours ?

[Laurent] Bonjour Gaël.
Merci pour la proposition ainsi que pour cette newsletter qui permet à ses lecteurs d’identifier des investissements à impact positif sur l’environnement !

Je m’appelle Laurent TrulĂšs et je suis actuellement gĂ©rant-analyste et coordinateur de l’Investissement Responsable chez Dorval Asset Management. Je suis diplĂŽmĂ© du master Banking & Financial Engineering (BFE) de l’ESSCA Paris oĂč j’ai maintenant le plaisir d’y enseigner l’analyse extra-financiĂšre. Par ailleurs, je continue Ă  me former avec notamment l’obtention du CESGA, diplĂŽme d’analyse extra-financiĂšre, mais Ă©galement en prĂ©parant le niveau 3 du CFA.

[GaĂ«l] Comment on devient gĂ©rant d’un fonds d’investissement Greenfin ?

[Laurent] En tant que coordinateur de l’Investissement Responsable, j’ai participĂ© Ă  la mise en place de notre politique et dispositif ISR, rĂ©compensĂ©e positivement par la labellisation ISR de nos fonds en 2020.

Fort de la labellisation de 100% de nos fonds ouverts auprĂšs du label ISR, nous avions Ă  cƓur d’enrichir l’offre de produits de la sociĂ©tĂ© tout en renforçant notre stratĂ©gie ISR. C’est pourquoi nous avons donnĂ© naissance au fonds Dorval European Climate initiative en janvier 2022, dont j’assure la gestion. J’ai la chance de pouvoir faire correspondre mes valeurs Ă  titre personnel en tant que gĂ©rant et investisseur avec celles, je l’espĂšre, du plus grand nombre d’épargnants.

[GaĂ«l] Quel est l’objectif poursuivi par votre fonds ?

[Laurent] Avant de commencer, il est important de prĂ©ciser que nous avons menĂ© plus d’un an de travail prĂ©paratoire au lancement de ce fonds, avec un travail approfondi autour de l’univers d’investissement et de la complĂ©mentaritĂ© des solutions investissables en faveur de la transition Ă©cologique.

L’objectif du fonds est de favoriser le dĂ©veloppement d’entreprises, majoritairement de la zone euro, qui apportent des solutions aux enjeux climatiques via leurs offres de produits ou de services ou qui contribuent Ă  l’atteinte des objectifs de l’Accord de Paris.

Nous souhaitons disposer Ă  tout moment d’un portefeuille qui non seulement traduit notre exigence d’intensitĂ© ISR mais qui respecte Ă©galement les principes fondamentaux de la gestion d’actifs.

Cet objectif est pour nous un gage de pérennité : afficher une réelle ambition pour la réponse aux enjeux climatiques en conciliant performance financiÚre et extra-financiÚre.

[Gaël] Quelles sont les étapes de construction d'un fonds tel que le vÎtre (choix de l'univers, choix des entreprises, % d'allocation etc) ?

[Laurent] Tout d’abord, nous travaillons avec beaucoup de passion Ă  comprendre quelles sont les solutions qui peuvent prĂ©senter le meilleur impact positif pour l’environnement et l’atteinte de l’Accord de Paris (choix technologique, complĂ©mentaritĂ© des solutions et rĂ©ponse aux diffĂ©rents enjeux de la transition Ă©cologique). Ce qui nous permet de dĂ©terminer une allocation cohĂ©rente Ă  la fois avec un scĂ©nario Ă©conomique et l’urgence climatique.

L’allocation d’actifs est guidĂ©e par la diversification gĂ©ographique, sectorielle et des tailles d’entreprises. Elle est Ă©galement Ă©clairĂ©e par notre scĂ©nario macroĂ©conomique.

Nous cherchons par la suite Ă  identifier les entreprises qui portent ces solutions et les Ă©valuons sur un ensemble de critĂšres extra-financiers pour 70 % de la note finale :

  • l’appartenance de l’entreprise Ă  une Ă©co-activitĂ©
  • la mesure de l’exigence climatique Ă  travers l’intensitĂ© verte du chiffre d’affaires
  • et notre notation propriĂ©taire sur les trois dimensions ESG (environnementale, sociale et de gouvernance).

Les critÚres financiers pÚsent pour 30% de la note finale des entreprises présélectionnées et mesure notamment les perspectives de croissance au regard des niveaux de valorisation.

Cette note synthĂ©tique combinant financier et extra-financier nous permet de sĂ©lectionner et d’encadrer le poids des valeurs en portefeuille.

[Gaël] Comment analysez-vous les fameuses performances ESG d'une société ?

[Laurent] Dorval Asset Management a souhaitĂ© illustrer son engagement envers l’intĂ©gration de critĂšres ESG dans ses processus de gestion par le dĂ©veloppement d’une mĂ©thodologie de notation propriĂ©taire, DRIVERS.

Cette mĂ©thodologie, assise sur des donnĂ©es brutes de diffĂ©rents providers (MSCI, ISS, Gaia, donnĂ©es internes) a la particularitĂ© de placer la gouvernance au cƓur des enjeux ESG (50% de la note ESG a minima). Elle nous permet de faire correspondre notre philosophie avec nos dĂ©cisions d’investissements ainsi que l’expression de notre opinion en assemblĂ©es gĂ©nĂ©rales.

Cette philosophie est reprĂ©sentĂ©e par la sĂ©lection d’indicateurs ESG sur lesquels nous reportons en toute transparence dans les reportings mensuels de l’ensemble de nos fonds ouverts Ă  savoir :

  • Note ESG
  • IntensitĂ© carbone (tCO₂e/M$ de chiffre d'affaires)
  • Objectifs de rĂ©ductions des Ă©missions de carbone
  • Promotion de la diversitĂ©
  • Taux d'indĂ©pendance du Conseil d'Administration
  • IntĂ©gration des critĂšres RSE dans la rĂ©munĂ©ration des dirigeants
  • Signataire du Pacte Mondial de l’ONU

De plus, ce fonds vise Ă  monitorer son intensitĂ© verte (% du chiffre d’affaires en cohĂ©rence avec les Ă©co-activitĂ©s du label Greenfin) et la tempĂ©rature du portefeuille (en s’appuyant sur les donnĂ©es de notre prestataire ISS) pour assurer la cohĂ©rence de la stratĂ©gie avec l’Accord de Paris sur le climat.

Nous savons Ă©galement rester Ă  l’écart de certains acteurs prĂ©sentant de belles caractĂ©ristiques ESG mais dont la valorisation nous semble trop Ă©levĂ©e.

[GaĂ«l] Un exemple d’acteur connu avec une valorisation trop Ă©levĂ©e ?

[Laurent] On peut parler des acteurs de l’hydrogĂšne (ITM Power, Nel, McPHY). Ces acteurs sont positionnĂ©s sur une thĂ©matique qui devrait connaĂźtre de belles perspectives dans les prochaines annĂ©es. En revanche, ce sont, selon nous, des sociĂ©tĂ©s qui intĂšgrent dĂ©jĂ  ces belles perspectives avec des niveaux de valorisation importants alors mĂȘme que ces sociĂ©tĂ©s ne sont pas forcĂ©ment rentables pour le moment. Dans un contexte oĂč l’économie ralentit, nous prĂ©fĂ©rons rester prudents sur la valorisation de nos investissements et par consĂ©quent restons Ă  l’écart de ces sociĂ©tĂ©s actuellement.

[Gaël] Comment se présent votre processus de gestion ?

Pour revenir sur la mĂ©thode de sĂ©lection, Ă©videmment, toutes les entreprises Ă©tudiĂ©es rĂ©pondent Ă  nos politiques de gestion des controverses et d’exclusions.

L’allocation d’actifs et le choix des entreprises se font en cohĂ©rence avec la stratĂ©gie climatique poursuivie par le fonds. Elle est cadrĂ©e notamment par le label Greenfin, avec un investissement minimum de 75% de l’actif du fonds dans des entreprises qui offrent des solutions et s’inscrivent favorablement dans les Ă©co-activitĂ©s dĂ©finies par le label.

[GaĂ«l] Pour rappel voici les Ă©co-activitĂ©s du label Greenfin : Énergie, BĂątiment, Gestion des dĂ©chets et contrĂŽle de la pollution, Industrie, Transport propre, Technologies de l’information et de la communication, Agriculture et forĂȘt, Adaptation au changement climatique.

Pour résumer le processus de construction schématiquement :

https://s3.us-west-2.amazonaws.com/secure.notion-static.com/2d6427b3-4d1a-4a3d-ba0a-4783ad2862bd/Untitled.png?X-Amz-Algorithm=AWS4-HMAC-SHA256&X-Amz-Content-Sha256=UNSIGNED-PAYLOAD&X-Amz-Credential=AKIAT73L2G45EIPT3X45%2F20230119%2Fus-west-2%2Fs3%2Faws4_request&X-Amz-Date=20230119T175154Z&X-Amz-Expires=86400&X-Amz-Signature=9cf0d0463d72fab2ab3b835d4ae10f44aab61759878fcd49cc38af620fabb768&X-Amz-SignedHeaders=host&response-content-disposition=filename%3D%22Untitled.png%22&x-id=GetObject

[Gaël] Pourquoi sélectionner des entreprises qui ne font pas partie des éco-activités ? Sur quels critÚres sont-elles sélectionnées ? Pourquoi ne pas construire un portefeuille 100% éco-activités ?

[Laurent] C’est une question que nous nous sommes Ă©videmment posĂ©e lorsque nous avons imaginĂ© et conçu ce fonds. Pour nous, tous les pans de l’économie doivent contribuer Ă  la transition Ă©cologique, que ce soit par :

  • des sociĂ©tĂ©s qui conçoivent des solutions, mesurables en % du chiffre d’affaires, telles que dĂ©finies dans les Ă©co-activitĂ©s du label Greenfin
  • ou par des entreprises qui contribuent indirectement Ă  la transition Ă©cologique et Ă©nergĂ©tique (par le biais de financements ou d’actions de dĂ©carbonation par exemple) s’inscrivant ainsi dans une transition de leurs activitĂ©s.

De plus, dans une logique de gestion financiĂšre de l’épargne de nos clients et face Ă  un risque de survalorisation Ă©ventuelle d’ « actifs verts », il nous paraissait crucial de pouvoir lĂ  aussi diversifier le portefeuille.

Ces sociĂ©tĂ©s s’inscrivent ainsi pleinement dans la rĂ©alisation de l’objectif d’investissement durable du fonds. Elles sont, comme les sociĂ©tĂ©s prĂ©sentes dans les Ă©co-activitĂ©s, sĂ©lectionnĂ©es sur la base de critĂšres financiers et extra-financiers stricts tels que prĂ©sentĂ©s prĂ©cĂ©demment.

[GaĂ«l] Quelle part du fonds ces sociĂ©tĂ©s reprĂ©sentent-elles ? En termes d’émissions tCO2eq ?

[Laurent] Aujourd’hui, 14% de l’encours du fonds sont allouĂ©s Ă  des sociĂ©tĂ©s hors Ă©co-activitĂ©s.

Les critĂšres telles que la notation ESG, les Ă©missions de CO2 ou encore la tempĂ©rature du portefeuille sont analysĂ©es avant l’entrĂ©e d’une sociĂ©tĂ© en portefeuille et nous permettent d’éviter de dĂ©grader significativement le portefeuille sur ces critĂšres-lĂ .

Bien souvent, les entreprises qui portent des solutions (Derichebourg ou encore Veolia dans le recyclage) ont une intensitĂ© carbone significative bien qu’elles contribuent concrĂštement Ă  apporter des rĂ©ponses aux enjeux environnementaux. Donc un fonds n’aurait pas forcĂ©ment de meilleures notes environnementales sans les sociĂ©tĂ©s qui n’appartiennent pas Ă  une Ă©co-activitĂ©.

[Gaël] Comment se fait-il que certaines entreprises soient réguliÚrement sélectionnées par les gérants de fonds Greenfin et mises en cause dans des scandales (Ex : Orpéa, Téléperformance, Kering...) ?

[Laurent] Il n’y a pas de martingale selon moi liĂ©e Ă  une intĂ©gration de critĂšres ESG dans la prĂ©vention de scandales, tels que ceux que vous Ă©voquez. Si des faisceaux d’indices liĂ©s Ă  des critĂšres ESG existent et peuvent Ă©clairer les dĂ©cisions des gĂ©rants dans la prĂ©vention de scandales de ce type, ils ne peuvent nĂ©anmoins pas garantir un risque zĂ©ro de controverse.

Tout comme une analyse financiĂšre, aussi approfondie soit-elle, ne peut garantir Ă  tous les coups une performance positive. Face Ă  ce risque, nous avons fait le choix de nous doter d’une politique de gestion des controverses stricte nous permettant d’encadrer et de couvrir les controverses potentielles afin de limiter le poids de celles-ci dans l’ensemble de nos portefeuilles en fonction de la matĂ©rialitĂ© des controverses.

[GaĂ«l] Du coup, concrĂštement, ça se traduit comment ? Quand est-ce qu’il y a exclusion du fonds ?

[Laurent] ConcrĂštement, nous procĂ©dons Ă  une analyse de la controverse dĂšs lors qu’elle intervient en mobilisant diffĂ©rentes sources possibles (agences de notation, Bloomberg, brokers, mĂ©dias) de maniĂšre Ă  juger de la matĂ©rialitĂ© de la controverse. Cette matĂ©rialitĂ© est catĂ©gorisĂ©e en 4 niveaux : verte (pas de controverse), jaune (allĂ©gations/signalement d’un litige), orange (litige rĂ©cent sĂ©vĂšre en attente de jugement) et rouge (litige sĂ©vĂšre, matĂ©rialitĂ© importante et jugĂ©e).

Nous avons défini un poids maximum pour chacun de ces niveaux, 1,5% maximum pour une controverse orange, 3% maximum pour une controverse jaune et évidemment une controverse rouge est interdite et devient ininvestissable pour tous les fonds de Dorval AM.

Il est important de prĂ©ciser que l’analyse de la controverse est la mĂȘme pour tous les fonds de Dorval AM, ce qui permet d’engager l’ensemble de la sociĂ©tĂ© et d’éviter l’affection que nous pouvons avoir sur une valeur en tant que gĂ©rant. Cette analyse est actualisĂ©e au fil de l’eau en fonction de l’actualitĂ© sur la controverse et a minima une fois par an sur l’ensemble des controverses.

[GaĂ«l] Avez-vous une position “Activiste” sur les sujets climats lors des AG des entreprises que vous sĂ©lectionnez ?

[Laurent] Je ne pense pas que le terme « activiste » convienne.

En revanche, nous rencontrons et accompagnons sur le long terme les entreprises dans lequel nous investissons. Cela a amenĂ© l’équipe de gestion Ă  rĂ©aliser plus de 200 rendez-vous avec des sociĂ©tĂ©s par exemple sur 2022.

Par ailleurs, nous avons mis en place une politique de vote propriétaire qui nous permet de soutenir les sujets climats lors des AG dÚs lors que les résolutions font avancer les choses.

En 2022, nous nous sommes opposĂ©s Ă  11% des rĂ©solutions proposĂ©es en assemblĂ©es gĂ©nĂ©rales. Les raisons peuvent ĂȘtre multiples (manque d’indĂ©pendance, conflits d’intĂ©rĂȘts, diversitĂ© du conseil d’administration, rĂ©munĂ©ration excessive, etc.) et s’appuient sur notre politique propriĂ©taire d’engagement actionnarial.

[Gaël] Quel avenir selon vous du label Greenfin face à la réglementation SFDR et notamment les fonds "article 9" ?

[Laurent] La rĂ©glementation extra-financiĂšre est selon moi nĂ©cessaire pour permettre d’assurer l’atteinte d’un objectif de neutralitĂ© carbone Ă  l’échelle europĂ©enne en 2050 et de sensibiliser l’ensemble des acteurs Ă  l’atteinte de cet objectif.

MĂȘme si, et je le conçois, la multiplication des rĂ©glementations peut cependant ĂȘtre confusant pour de nombreux Ă©pargnants et investisseurs.

Je crois nĂ©anmoins Ă  une convergence de ces diffĂ©rents cadres au niveau europĂ©en. Les diffĂ©rents labels (ISR, Greenfin par exemple) devraient ainsi selon moi Ă©voluer dans les prochaines annĂ©es pour s’appuyer et intĂ©grer ces rĂ©glementations europĂ©ennes.

[GaĂ«l] Pensez-vous que le label Greenfin va Ă©voluer pour inclure les activitĂ©s liĂ©es au gaz et au nuclĂ©aire (pour l’instant exclues) suite Ă  leur inclusion dans la taxonomie EuropĂ©enne des activitĂ©s vertes ?

[Laurent]Difficile de prévoir les futures évolutions du label et la volonté politique en France concernant le label Greenfin.

En revanche, il me paraütrait logique qu’il y ait une convergence entre la position de la France sur ces sujets et le label Greenfin qui reste un label d’Etat.

[Gaël] Quels conseils donneriez-vous à épargnant qui souhaite faire attention à l'environnement ?

[Laurent] Prendre conscience de l’impact de son Ă©pargne sur son empreinte carbone.

Pour l’illustrer, 3 000 € dĂ©posĂ©s pendant un an sur un compte courant polluent autant qu’un vol Paris-New York. DĂšs lors, il devient important d’agir sur son Ă©pargne avec la mĂȘme attention que celle apportĂ©e Ă  nos gestes du quotidien.

Pour ce faire, il ne faut pas hĂ©siter Ă  se faire conseiller et Ă  demander des explications Ă  son conseiller financier. Les labels peuvent Ă©galement guider les choix d’investissements des Ă©pargnants mĂȘme s’il reste important d’ouvrir le capot et de juger par soi-mĂȘme l’intention et la sincĂ©ritĂ© du process de gestion.

[GaĂ«l] Une entreprise ou un placement qui vous tient Ă  cƓur Ă  titre personnel ?

[Laurent] À titre personnel, je suis associĂ© de Time For The Planet.

Time For the Planet entend mettre l’entrepreneuriat au service de l’urgence climatique. L'objectif annoncĂ© du mouvement Ă  horizon 2030 est de lever le milliard d'euros dans le but de financer et de dĂ©ployer 100 innovations pour lutter contre les gaz Ă  effet de serre.

Toutes les innovations financées sont disponibles en open source. Ces innovations se diffusent ainsi encore plus largement.

DĂ©finitivement une initiative qui gagne Ă  ĂȘtre connue !

[Gaël] Merci Laurent pour tes réponses et pour toutes ces infos.


That’s it ! J’espùre que vous avez appris des choses et que ce nouveau format vous a plu !

Voici 3 moyens d'aller encore plus loin :

1. S'inscrire Ă  la newsletter gratuite ici. (1800+ Inscrits)

2. Passer à Épinard Premium ici.

3. Mettre en avant votre marque/entreprise en sponsorisant la newsletter

À trùs vite !
GaĂ«l 🌳